Les batteries de stockage règlent-elles réellement notre problème ?

de Frank Oehmichen | 8 déc. 2017

On doit sincèrement se poser la question si notre problème de CO2 pourra être résolu par le biais de l’électromobilité et des batteries de stockage qui connaissent actuellement un fort engouement médiatique. Remis en cause de façon critique, on pourrait en arriver à la conclusion suivante : le problème mondial de CO2 ne se sera pas amélioré dans 10 ans mais au contraire, il se sera dramatiquement aggravé et cela de manière exponentielle.

Justification :
Si on base le préjudice écologique d’un véhicule électrique uniquement sur la production des batteries, il est possible de calculer quand le bilan CO2 d’un véhicule sera équilibré. Grossièrement et sur la base de données moyennes rassemblées, il en ressort une mauvaise image de la voiture électrique, surtout pour un grand modèle : le conducteur d’un véhicule commercial européen avec moteur à combustion peut conduire en moyenne 8 années avant que son véhicule affecter autant l’environnement que la production d’une batterie d’une voiture électrique avec 86kWh. (Quelle: mobilegeeks.de)

Bilan :
Cela ne signifie rien d’autre que la production de CO2 va grimper de manière exorbitante à court terme grâce à la demande de batteries : du CO2 sera produit immédiatement, alors qu’un moteur à combustion commercial a besoin de 8 années en moyenne. Ainsi entrainons-nous une extrême production de CO2 à court terme, et ne le réduisons pas.

L’âpre arrière-goût :
„La pénurie laisse éclater les prix : rien que cette année, selon LME (London Metal Exchange), le prix du Cobalt a doublé passant ainsi de 30'000 à près de 60'000 Dollars par tonne. L’explosion des voitures électriques, la peur des goulots d’étranglement et la situation politique instable au Congo font flamber les prix. Plus de la moitié de l’extraction de Cobalt provient de ce pays de Centre-Afrique gangréné par la guerre civile. Des millions de pauvres mineurs creusent la terre à mains nues dans des conditions humaines indignes à la recherche du métal. Selon l’Unicef, ce sont plus de dix mille enfants qui triment dans les mines. “ (Source:  n-tv.de)

Le soupçon ici est que le rendement généré ne profite pas aux miniers !

Les villes de notre monde occidental se réjouissent et inscrivent leurs statistiques concernant les particules fines aux taux souhaités - „Espérons“. L’économie se réjouit et peut servir à court terme de nouveaux segments de marché. Et les politiciens se réjouissent car ils entreprennent quelque chose pour l’environnement.

Mais qu’en est-il, si nous constatons dans 10 ans que beaucoup de véhicules électriques sont en circulation, mais que nos anciens modèles avec moteur à combustion circulent encore dans des pays moins riches ? Comment se développe donc notre statistique mondial de CO2, quand les hauts objectifs de vente de voitures électriques et de batteries de stockage seront effectivement atteints ? Qu’en est-il si nous constatons en 2027 que les batteries de stockage ne sont pas une solution si propre ? Serons-nous face à un défi encore beaucoup plus important ?

Je suis très prudent. Je crains que notre problème de CO2 ne soit pas résolu à court et moyen terme. Comment voyez-vous cela ?